En 2005, j’ai découvert presque par hasard un timbre avec une surcharge "RF" sur la face et une signature au dos. Renseignement pris ce timbre était un timbre surchargé de la Libération émis à Montreuil Bellay dans le Maine et Loire.

ici(7 pages)

 

 

    MB_08M01       MB_Dos   

 

 

 

Le virus des timbres de la Libération venait de me contaminé !!!

Mais pourquoi cette surcharge et qui en était le signataire ?

J’ai appris assez vite qu’une série de timbres assez importante avait été surchargée officiellement et signée par Mme AMY veuve de Gaston AMY ancien maire de Montreuil Bellay présenté comme le chef local d’un réseau de Résistance.

Du fait de ces informations fragmentaires, ma curiosité n’a fait qu’augmenter et au travers de ma bibliothèque personnelle j’ai pu me faire une idée, mais encore assez vague, de l’histoire.

Par recoupement dans les ouvrages du colonel Rémy, dans les mystères de la Résistance, les ouvrages sur Pierre Brossolette, sur jean Moulin et autres, une certitude la région de Saumur possédait de très bons terrains d'aterrissage et s'est donc retrouvée comme plaque tournante pour tout ce qui concernait les parachutages d’armes et les passages des Lysanders débarquant ou récupérant les agents en  missions.

 

 

MB_41___41a

 

 

 

 

 

 

 

x

Commémoratif des opérations aériennes. Surcharges différentes.

 

 

Mais toujours le chaînon manquant !!

 

 

Et j’ai découvert l'ouvrage de Jacques SIGOT "La Résistance sacrifiée" concernant un réseau BUCKMASTER (officier anglais) en Anjou auquel participaient les réseaux de, entre autres, Saumur, Montreuil Bellay.

Le réseau BUCKMASTER dirigé par le colonel Maurice Buckmaster, ancien de Ford SA France, relève de la section française du « Spécial Opération Exécutive » (SOEF) créé officiellement le 22 juillet 1940 de par la volonté de Winston Churchill.

A noter que le Gal. de Gaulle n’était pas très chaud à l’idée qu’une partie de la Résistance soit sous la coupe des Anglais.

Contrairement à ce que j'avais lu ou appris par ailleurs, Gaston AMY n'était pas le chef du réseau.

Propriétaire d'une laiterie, c’est le sous directeur du camp d’incarcération de nomades, camp auquel il fournissait du fromage, qui lui avait proposé de participer aux actions du réseau.

x

 

 

 

 

 

 

 

 

MB_env

 

 

 

Gaston AMY n’était pas très chaud pour entrée dans l’action, en partie à cause de son âge (63ans) et de son état physique (ulcère à l'estomac), état physique qui l'avait obligé de démissionner de la mairie dont il était toujours conseillé.

Son rôle c’est « borné » à fournir de l'essence, oh combien précieuse, peu contrôlée par les Allemands du fait de sa profession.
Cela n'enlève en rien ses mérites car arrêté comme ses camarades dans la nuit

du 8 au 9 octobre 1943, torturé puis déporté, il est officiellement mort à Buchenwald le 11 mars 1944.
Ce réseau semble avoir été sacrifié par les Anglais (c’est une hypothèse) pour induire en erreur les Allemands sur le lieu d’un futur débarquement, les fuites et trahisons venant de la tête du réseau car le chef du réseau avait été prévenu des arrestations imminentes par un officier allemand.

Par ailleurs l’un de mes correspondant ma transmis un paragraphe d’un livre maintenant, introuvable, de Richard LION concernant les Timbres de la Libération dont un paragraphe est consacré à Montreuil Bellay et dont la version diffère sensiblement de l’ouvrage de Jacques SIGOT sans toutefois la contredire formellement.

Par contre l’ouvrage de Richard Lion insiste sur le fait que, dès l’annonce des émissions de timbres surchargés, un afflux de demande de timbres et de souvenirs de la part des philatélistes à vite summergé la poste de Montreuil Bellay.
Voilà un très bref résumés des faits.

A suivre …...